Articles

Tradition de faire du mérite

Faire du mérite signifie faire de bonnes choses comme mentionné dans la doctrine religieuse. Les modes de vie des Thaïlandais, depuis leur naissance jusqu’à leur mort, sont si familiers avec le mérite. Ils croient fermement qu’ils devraient régulièrement faire et gagner des mérites qui leur apporteraient le bonheur, une vie paisible et d’autres bonnes choses. Gagner du mérite les renforcera pour surmonter les obstacles ou les malheurs dont ils souffrent. Ils ont l’intention de gagner plus de mérite parce qu’ils croient également que leur mérite accumulé les aiderait à être au ciel ou dans un endroit paisible après leur mort. Encore plus de mérite qu’ils ont acquis les aiderait à atteindre le nirvana (paix divine au-delà de ce monde).

La croyance des Thaïlandais est basée sur la doctrine bouddhiste. Le concept est comme indiqué dans un proverbe thaïlandais « si vous faites le bien, vous recevrez le bien; si vous faites le mal, vous recevrez le mal ». Cela signifie le résultat du Karma qui représente l’évaluation de tous les événements de la vie, c’est-à-dire que vous recevrez le résultat de ce que vous avez déjà initié.

Une règle courante pour faire du mérite est de préparer son esprit et ses pensées.L’esprit doit être purifié et prêt. Gagner du mérite, cependant, ne doit pas apporter de problèmes ou d’inquiétudes à soi-même ou aux autres.

Il y a trois façons de gagner du mérite. Ils sont

1) pour faire l’aumône

2) pour maintenir le commandement religieux, et

3) pour prier

Si tout cela est parfaitement satisfait, cela représente un grand mérite. Mais la plupart des gens voient que faire le mérite, c’est faire l’aumône. C’est en partie vrai parce que c’est la première étape d’un mérite pleinement acquis. À cette occasion, seules les aumônes seront exprimées car c’est un mode de vie très courant des Thaïlandais.

Faire du mérite en mettant de la nourriture dans le bol des moines.

Faire du mérite au temple Phasrimahathad, district de Bangkhen

Cette tradition consiste à mettre de la nourriture dans le bol des moines. Les moines reçoivent l’aumône de personnes qui croient gagner du mérite en donnant. Chaque matin, vers 6h00 -7h00, des moines arpentent silencieusement les rues pour recevoir des offrandes. Il est entendu que c’est une opportunité pour les gens d’acquérir du mérite.

au bord de l’eau à Nong-Chok

Les aliments offerts aux moines sont bien préparés. Riz fraîchement cuit, divers types de salés, sucrés et de fruits. Certaines personnes peuvent préparer des fleurs, des bâtons de joss et des bougies. Lorsque le moine arrivera, les gens leur demanderont de s’arrêter puis ils placeront des aliments dans le bol que les moines portent. Des fleurs, des bâtons de joss et des bougies sont placés sur le couvercle en métal du bol ou dans le sac des moines. Alors ils seront bénis. Pendant que les moines bénissent, il faut verser de l’eau qui montre qu’ils souhaitent consacrer les mérites qu’ils ont acquis avec leurs proches déjà décédés. Cette étape conclut le rite du mérite en faisant l’aumône.

Le mérite en faisant l’aumône fait partie du mode de vie des Thaïlandais depuis des milliers d’années. Il est mentionné dans deux parties de l’histoire de Bouddha. Tout d’abord, quand Bouddha vient d’être illuminé, il est allé rester à un arbre laiteux. Des marchands nommés Tabussah et Palikah passaient et admiraient profondément le prestige de Bouddha. Ils ont donné leur provision à Bouddha. Bouddha a utilisé son bol pour recevoir de la nourriture offerte. Deuxièmement, quand Bouddha est allé dans la forêt de manguiers, district d’Anupiya, province de Makadha. Il est allé avec un bol pour recevoir de la nourriture. Quand il a passé la ville de Rajgrah du roi Pimpisana. Les gens de la ville l’ont vu faire cela pour la première fois, Alors ils ont apporté de la nourriture et l’ont mise dans le bol de Bouddha. C’est devenu une tradition jusqu’à présent. Ainsi, nous pouvons voir des moines et des novices portant un bol arpenter les rues tous les matins. Nous pouvons aussi voir que toutes sortes de gens sont prêts à faire le mérite, c’est-à-dire faire l’aumône, donner de la nourriture aux moines et aux novices.

Traducteur: Aketawan Manowongsa
Mis le 5 mars 2000, dernière mise à jour le 6 mars 2003