Articles

Tests microcristallins dans l’Analyse médico-légale des Drogues – Elie — Principaux ouvrages de référence

La détection des drogues dans le contexte médico-légal nécessite de nombreuses techniques analytiques. Selon les procédures standard adoptées localement, différentes techniques sont utilisées pour filtrer les échantillons solides à la recherche de substances illicites potentielles (par exemple, la spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier (IRTF)). Un échantillon suspecté de contenir une matière interdite passe à travers une autre couche de techniques pour confirmer la présence de la substance illégale et l’identifier (par exemple, chromatographie liquide/ gazeuse). Enfin, le médicament est systématiquement quantifié (par exemple, spectrométrie de masse). Les tests microcristallins entrent dans la deuxième étape de ce processus analytique. Ils sont peu coûteux en raison de la quantité infime de réactifs utilisés et de la simplicité de l’instrumentation et des consommables nécessaires pour effectuer l’analyse. Ils offrent toutes les fonctionnalités requises par une bonne technique de confirmation tout en étant très rapides à administrer et à interpréter, bien qu’ils n’offrent pas de capacités de quantification.

Les tests microcristallins sont des tests chimiques aboutissant à la formation de microcristaux uniques pour une substance donnée lorsqu’ils sont combinés avec un réactif spécifique. Les microcristaux sont observés au microscope et des micrographies ou microvidéos constituent les résultats du test.

Grâce au mécanisme chimique par lequel les microcristaux se développent, les tests microcristallins peuvent être appliqués à des molécules de différentes tailles, formes, charges et avec différents groupes fonctionnels, et peuvent naturellement distinguer les énantiomères.