Articles

SOLUTION DE METICORTELONE 1 mg / ml

Mécanisme d’acciónPrednisolona

la prednisolone est une synthèse de corticostéroïdes classée comme à action intermédiaire, avec peu d’activité minéralocorticoïde, et donc anti-inflammatoire et immunosuppressive. Il exerce son mécanisme d’action par l’inhibition de la synthèse des prostaglandines et des leucotriènes, des substances qui médient les processus inflammatoires vasculaires et cellulaires, ainsi que la réponse immunitaire. Il en résulte une vasodilatation réduite, une diminution de l’exsudat liquide, une activité leucocytaire, une agrégation et une dégranulation des neutrophiles, la libération d’enzymes hydrolytiques par les lysosomes, la production de radicaux libres superoxydes et le nombre de vaisseaux sanguins (avec une fibrose inférieure) dans les processus chroniques. Les deux actions correspondent au même mécanisme qui consiste en l’inhibition de la synthèse de la phospholipase A2, une enzyme qui libère les précurseurs d’acides gras polyinsaturés des prostaglandines et des leucotriènes.

Indication thérapeutique Prednisolone

Tto. de l’enf. inflammatoire et auto-immune dans les publicités. et les enfants > = 1 mois: asthme bronchique, troubles allergiques et inflammatoires, polyarthrite rhumatoïde et autres collagénopathies, dermatites et dermatoses (eczéma subaiguë et chronique, psoriasis, pemphigus, etc.).

Posologieprednisolone

Par voie orale: 1 mg / kg / jour en 2 doses (= 0,15 ml ou 6 gouttes / kg / jour).
– Asthme bronchique aigu. Annonce. et adolescents 12-17 ans: 40-50 mg / jour (= 6-7. 5 ml / jour ou 240-300 gouttes), 5 jours. Enfants de 1 mois à 11 ans: 1-2 mg / kg / jour (= 0,15-0,3 ml ou 6-12 gouttes / kg / jour), max. 40 mg (= 6 ml / jour ou 240 gouttes), 3 jours.
– Troubles allergiques et inflammatoires. Annonce.: dose initiale, 10-20 mg (= 1,3-5 ml ou 60-120 gouttes / jour), de préférence administrée le matin après le petit déjeuner. Dose d’entretien: 2,5-15 mg / jour (0,4-2,3 ml ou 15-90 gouttes / jour). Si nécessaire, augmentez la dose. En cas de trouble sévère, dose initiale: 60 mg / jour (9 ml / jour). Administrer de préférence le matin après le petit déjeuner. Enfant: 0,1-2 mg / kg / jour (= 0,015-0,3 ml / kg / jour) en doses divisées 1 à 4 fois / jour.
– Polyarthrite rhumatoïde. Annonce.: 7,5-10 mg / jour (= 1,1-1,3 ml ou 45-60 gouttes / jour).

Mode d’administrationPrednisolone

Voie orale. Lait, bouillon, jus d’orange, etc. peut être utilisé comme véhicule pour faciliter une administration correcte.

Contre-Indicationprednisolone

Hypersensibilité à la prednisolone ou à d’autres glucocorticoïdes; enf. virus aigus (par exemple, varicelle, herpès simplex ou zona); tuberculose latente ou manifeste, car il existe un risque de manifestation de tuberculose ou d’aggravation de celle-ci; pendant la période pré et post-vaccination (environ 8 semaines avant et 2 semaines après la vaccination) car elle peut augmenter le risque de complications dues à la vaccination; à l’exception des traitements de substitution et d’urgence, il ne doit pas être utilisé dans: ulcère gastrique ou duodénal, troubles psychiatriques connus (instabilité émotionnelle ou tendances psychotiques), glaucome à angle fermé ou ouvert, kératite herpétique, adénopathie suite au vaccin BCG, infections bactériennes aiguës et chroniques, mycose systémique, poliomyélite (sauf forme bulboencéphalique).

Mises en garde et Prudencesprednisolone

Mise en garde chez: I. R., I. H., personnes âgées avec tto. diabète (surveiller et ajuster les doses), HYPERTENSION et INSUF. patients cardiaques (surveiller), hypothyroïdiens ou cirrhose du foie (surveiller et réduire les doses); ne pas interrompre brusquement le TTO. et envisager un retrait progressif en cas de: dose > 7,5 mg / jour + 3 sem, cycles répétés de tto. + 3 sem, dose > 40 mg / jour + 1 sem, doses répétées le soir, régimes répétés récemment (surtout s’ils ont duré plus de 3 sem), un régime court dans l’année suivant l’arrêt du tto. risque / bénéfice pour le risque de perforation intestinale avec péritonite: colite ulcéreuse sévère avec risque de perforation, abcès ou inflammations purulentes, diverticulite, anastomoses intestinales récentes; risque de nouvelles infections; peut masquer des signes d’infection rendant plus difficile le diagnostic d’infections existantes ou en développement; prendre les mesures nécessaires pour prévenir la propagation de la varicelle ou du zona; ne pas vacciner; surveiller les patients présentant une réactivité tuberculinique et administrer une chimioprophylaxie dans le tto. dans la myasthénie grave, administrer de faibles doses au début du TTO.; assurer un apport suffisant en potassium et limiter l’apport en sodium et surveiller les taux de potassium sérique; effectuer des contrôles ophtalmiques; risque d’ostéoporose et d’inhibition de la croissance osseuse chez les enfants et les adolescents; évaluer le risque / bénéfice en tto. inhibiteurs concomitants du CYP3A (y compris les médicaments associés au cobicistat); les situations stressantes (infections, traumatismes ou chirurgie) peuvent nécessiter une augmentation de la dose; déconseillé pendant la grossesse et l’allaitement; risque de pancréatite aiguë sévère et d’augmentation de la pression intracrânienne chez les enfants; cas de crise rénale sclérodermique signalés en tto. concomitant à la prednisone.

Insuffisance hépatique Prednisolone

Attention.

renalPrednisolone

Attention.

Interactions avec la Prednisolone

Augmentation de l’hypocalcémie avec: amphotéricine B, diurétiques éliminant le potassium, glycosides cardiotoniques.
Augmentation ou diminution de l’effet anticoagulant avec: anticoagulants oraux.
Risque de dépression musculaire avec: néostigmine, pyridostigmine.
Augmentation du taux de glucose avec: médicaments antidiabétiques (ajustement posologique).
Risque accru d’ulcères gastroduodénaux avec: AINS (indométacine), alcool, salicylates.
Antagonisme du bloc neuromusculaire chez les patients atteints d’UFA. corticostéroïdes surrénaliens et tto. concomitant avec: pancuronium.
Réduction du métabolisme hépatique avec: ciclosporine.
Augmentation des concentrations plasmatiques avec : clarithromycine, érythromycine; diltiazem; inhibiteurs de l’enzyme CYP3A4 tels que le kétoconazole et certains médicaments antirétroviraux (ritonavir, cobicistat); jus de pamplemousse.
Potentialisation de l’effet et/ou de la toxicité avec: œstrogènes, contraceptifs oraux.
Diminution des taux plasmatiques avec: inducteurs enzymatiques (carbamazépine, phénytoïne, phénobarbital, primidone, rifampicine, rifabutine).
Diminution de l’absorption avec: résines échangeuses d’ions (cholestyramine, colestipol).
Altération de l’action pharmacologique avec : théophylline.
Attention avec: les anatoxines et les vaccins (effectuer des tests sérologiques pour connaître la réponse immunitaire).

Grossesseprednisolone

Il n’existe pas de données adéquates sur l’utilisation de la prednisolone chez la femme enceinte. Des études chez l’animal ont montré une toxicité pour la reproduction. Le risque pour l’homme est inconnu. Le traitement doit être limité aux cas absolument nécessaires, tels que la restauration hormonale, etc.

LactatingPrednisolone

Les glucocorticoïdes sont excrétés dans le lait maternel et peuvent entraîner un arrêt de la croissance et une inhibition de la production de stéroïdes endogènes. leur utilisation pendant l’allaitement n’est donc pas conseillée.

Effets sur la capacité de Conduitprednisolone

Certains des effets indésirables, tels qu’une diminution de l’acuité visuelle résultant de l’opacification du cristallin ou une augmentation de la pression intraoculaire, des vertiges ou des maux de tête, pourraient altérer la capacité de concentration et de réaction du patient et constituer donc un risque dans les situations où ces capacités sont particulièrement importantes dans l’aptitude à conduire des véhicules ou à utiliser des machines.

Réaction indésirable Prednisolone

Distribution anormale des graisses (obésité du tronc, visage de pleine lune, accumulation réversible de tissu adipeux dans le canal épidural ou dans la cavité thoracique épicardique ou médiastinale), augmentation de la glycémie; rétention de sodium et accumulation d’eau tissulaire, augmentation de l’excrétion de potassium, hypokaliémie, congestion pulmonaire chez les patients atteints d’hf. cardiaque, HTN, vascularite et augmentation de la pression intracrânienne avec œdème papillaire (pseudotumor cérébral); changements cutanés (atrophie cutanée, vergetures, acné, ecchymose et pétéchies); ralentissement de la cicatrisation, leucocytose, thrombocytose et risque accru de thrombose; ostéoporose stéroïdienne, dans les cas graves avec risque de fractures.

Vidal VademecumSource: Le contenu de cette monographie de substance active selon la classification ATC a été rédigé en tenant compte des informations cliniques de tous les médicaments autorisés et commercialisés en Espagne classés dans le code ATC. Pour connaître en détail les informations autorisées par l’AEMPS pour chaque médicament, vous devez consulter la Fiche technique correspondante autorisée par l’AEMPS.

Monographies Substance active: 13/10/2017