Articles

Rapport d’Essai Actuelune Étude de Phase III sur le Durvalumab (MEDI4736) Avec ou sans Trémélimumab pour des Patients Précédemment Traités Avec un CPNPC Avancé: Justification et conception du protocole de l’étude ARCTIC

Les monothérapies antiprogrammées de mort cellulaire-1 et de ligand antiprogrammé de mort cellulaire-1 (PD-L1) ont montré une activité clinique prometteuse dans le cancer du poumon non à petites cellules réfractaire avancé (CPNPC), mais l’activité antitumorale semble être plus importante chez les patients atteints de tumeurs PD-L1 + que chez les patients porteurs de tumeurs PD-L1. La combinaison de l’anticorps anti-PD-L1 durvalumab et de l’anticorps anti-cytotoxique de l’antigène 4 des lymphocytes T, le trémélimumab, offre un potentiel d’activité antitumorale chez les patients présentant un CPNPC avancé, quel que soit le statut tumoral PD-L1. ARCTIC (NCT02352948) est une étude multicentrique globale de phase III randomisée en ouvert chez des patients atteints d’un CPNPC avancé évaluant l’innocuité et l’activité clinique du durvalumab par rapport à la norme de soins (SoC; erlotinib, gemcitabine ou vinorelbine) chez les patients atteints de tumeurs PD-L1 + (≥25% des cellules tumorales avec coloration membranaire à l’aide du test VENTANA PD-L1 CDx) (Sous-étude A) et l’association durvalumab + trémélimumab ou l’un ou l’autre agent en monothérapie contre SoC chez les patients atteints de tumeurs PD-L1 (Sous−étude B). Les patients éligibles sont ceux présentant un CPNPC localement avancé ou métastatique (stade IIIB / IV), sans mutations activant la tyrosine kinase du récepteur du facteur de croissance épidermique ni réarrangements kinases du lymphome anaplasique, qui ont reçu au moins 2 schémas systémiques antérieurs, dont 1 schéma de chimiothérapie à base de platine. Les paramètres co-primaires sont la survie sans progression et la survie globale. Les paramètres secondaires comprennent la proportion de patients vivants à 12 mois, le taux de réponse objectif, la durée de la réponse, la survie sans progression à 6 et 12 mois, l’innocuité et la tolérabilité, la pharmacocinétique, l’immunogénicité et la qualité de vie. Les paramètres exploratoires évalueront les biomarqueurs potentiels de la réponse au traitement. Le recrutement a débuté en janvier 2015 et se poursuit.