Articles

Lisa de Kooning

Lisa de Kooning, la seule enfant du peintre expressionniste abstrait Willem de Kooning et une artiste à part entière, est décédée le 25 novembre 2015. 23 dans une maison familiale sur l’île de Saint-Jean, dans les îles Vierges, apparemment à cause de blessures après une chute. Elle avait 56 ans.

Après la mort de son père dans son atelier de Springs en 1997, Mme de Kooning est devenue, avec l’avocat John Eastman, la conservatrice de sa vaste collection d’œuvres, évaluée à plusieurs millions de dollars. Au fil des ans, elle a travaillé avec des musées sur des expositions de ses peintures. L’équipe a été créditée d’avoir contribué à une grande rétrospective des peintures de de Kooning au Musée d’Art moderne l’année dernière.

John Elderfield, le commissaire de l’exposition du MoMA, a déclaré que Mme de Kooning, connue pour son altruisme, était « très bouillonnante et très gentille avec les gens. Elle était vraiment, vraiment fière de son père, mais elle était aussi sa propre personne. »

Cette semaine, des amis ont commenté la générosité de Mme de Kooning envers les individus et les bonnes œuvres de la communauté. Elle a donné du temps et de l’argent au programme d’aide préscolaire et a agi sur son amour des animaux en faisant un don à des organismes qui les protégeaient. Elle a soutenu, entre autres, la réserve de maisons longues à East Hampton, le Musée Noguchi à Long Island City, le parc national des Îles Vierges à Saint-Jean et le Watermill Center, dont le directeur, Robert Wilson, l’a qualifiée d’ange. Elle a contribué à diverses institutions locales, notamment le Service d’incendie de Springs et le Centre d’apprentissage de la garderie d’East Hampton.

« Incroyablement généreux », a déclaré Mary Beth LaPenna, une amie de Springs. Mme. LaPenna a dit que pour toute sa richesse, son amie avait une vie quelque peu tragique. Dans ses premières années, elle a vécu une existence riche et bohème au sein de la communauté d’artistes d’East Hampton, mais « la célébrité l’a parfois laissée isolée », a déclaré Mme LaPenna.

Le photographe Doug Kuntz a grandi avec Mme de Kooning à Springs.  » C’était une personne très généreuse. Elle ferait n’importe quoi pour n’importe qui. Elle m’a aidé, a acheté mon travail, a cru en moi et elle a aidé les autres. C’était une bonne amie depuis très, très longtemps. »

Elle est née Johanna Liesbeth de Kooning le jan. 29, 1956, à New York. Sa mère était Joan Ward, une artiste qui illustrait des histoires pour la Star dans les années 1980.Au moment de sa naissance, son père et sa femme, Elaine de Kooning, étaient séparés.

Lisa de Kooning a passé une bonne partie de sa jeunesse sur Woodbine Drive à Springs, où se trouvait l’atelier de son père. Elle y avait récemment lancé un programme d’artistes en résidence pour les jeunes peintres.

Après avoir fréquenté l’École des Sources, elle a étudié à l’École des Arts Lacoste de Bernard Pfriem dans le sud de la France, où elle a appris à sculpter. Les animaux figuraient en bonne place dans sa sculpture en bronze, en particulier les vaches.

À la fin de son adolescence, elle a déménagé à l’East Village, où elle a fait la connaissance du chapitre de la ville du gang de motards des Hell’s Angels. C’était l’une des périodes les plus colorées d’une vie déjà non conventionnelle.

Mme de Kooning laisse dans le deuil trois filles, Isabel, Emma et Lucy de Kooning Villeneuve. Leur père est Christian Villeneuve, l’ancien mari de Mme de Kooning. Le couple a divorcé en 2002.

La mort de Mme de Kooning fait toujours l’objet d’une enquête. Des funérailles privées sont prévues.