Articles

lâcher prise, ou être traîné

Pour la première fois en plus d’un an, je me suis enfin permis de lâcher prise quelque chose qui m’a alourdi émotionnellement, physiquement et spirituellement.

J’ai eu des moments entre les deux que j’ai « pensé » laisser aller, ou des moments où j’avais une certaine habilitation à sortir et à avancer – mais pas comme en ce moment – c’est différent – donc très différent.

Comme je l’ai partagé et écrit à de nombreuses reprises sur ce blog, j’ai été sévèrement déclenché au cours de la dernière année par les actions d’une autre personne qui m’ont envoyé dans une cascade d’émotions qui ont mis les cris du passé au premier plan.

Le passé étant si présent et ici même, il m’a envoyé dans l’isolement des gens et des choses que j’aime. La peur et la confusion m’ont poussé si loin de mon chemin vers la guérison, que je ne savais pas que je le franchirais sans abandonner.

Mon thérapeute et moi avons travaillé avec diligence pendant des mois et des mois pour essayer de reprendre du pouvoir sur ce que l’année dernière m’a apporté; même lorsque la situation continuait et que cela me repoussait toujours plus loin dans des déclencheurs qui ne cessaient de refaire surface dans le passé encore et encore.

Bien que les deux derniers mois aient été un peu plus faciles et que le soutien ait été sans fin, il y avait encore quelque chose de grand qui m’empêchait d’avancer, et cela en soi a été frustrant et déroutant.

Qu’est-ce qui m’empêchait de laisser aller cela? Quelle partie de mon passé avait besoin de guérison pour voir cela comme « l’affaire de quelqu’un d’autre » et non la mienne. Qu’est-ce qui me retenait au point que je ne pouvais pas sortir de l’endroit coincé dans lequel je me trouvais? Pourquoi ne puis-je pas me réengager dans la vie après ce que cette dernière année m’a fait?

Et puis ça m’a frappé. . . . .

J’ai vu cette citation et quelque chose à l’intérieur vient de cliquer, et cette citation était

 » Lâchez-vous ou soyez traîné »

une citation petite mais très puissante!

Je peux soit me laisser aller et trouver de l’autonomisation, soit laisser les actions d’un autre me traîner et m’enlever tout le travail acharné que j’ai fait au cours des 6 dernières années.

Quand j’ai vu la citation, cela m’a rappelé un moment où j’avais 8 ans.

Mon frère aîné David a voulu essayer quelque chose de « drôle » alors que j’étais à l’extérieur en train de patiner à roulettes sur ces patins à roulettes Shortcake aux fraises très fragiles que j’ai achetés pour mon anniversaire.

Il a attaché une corde à l’arrière de son vélo et m’a dit de m’accrocher à la corde pendant qu’il me tirait avec son vélo. Je pensais que ce serait amusant, et je savais que ce serait la métaphore des choses qui se sont passées et des choses à venir dans ma vie.

Il m’a emmené dans le quartier pendant que je me tenais bien! Il m’a ensuite emmené dans une colline escarpée et j’ai perdu le contrôle de mes patins et je suis tombé fort tout en maintenant la corde. Il m’a traîné pendant une bonne partie de la route avant de s’arrêter (en riant de moi).

J’étais meurtrie et coupée – saignant partout. Un voisin qui a tout vu a couru à mon secours et s’est occupé de toutes les coupures qui étaient dans ma jambe. J’avais une éruption cutanée qui me couvrait de la tête aux pieds.

J’ai été traîné sur le sol pendant que mon frère riait en trouvant de l’humour dans ma douleur – bienvenue dans ma vie d’enfant.

La citation me rappelle juste cela – être traîné dans une situation qui n’est pas à moi de tenir. Être traîné et laisser quelqu’un d’autre tenir le volant.

En repensant maintenant, j’aurais été moins défoncé et blessé si j’avais lâché la corde au moment où je suis tombé – mais pour une raison quelconque, je me suis accroché, et c’était la métaphore de toute mon enfance – être traîné dans une enfance d’abus, de douleur et de négligence.

Je ne savais pas comment lâcher prise, je savais seulement comment tenir parce que je pensais que je devais le faire. Tenir bon, c’était survivre, aujourd’hui je sais différent.

Aujourd’hui, j’ai le choix de lâcher prise – et je lâche prise.

J’ai le choix soit de guérir mon passé qui fait surface, soit de me laisser traîner encore et encore jusqu’à ce que je sois couvert de cicatrices et de blessures.

J’ai fini de laisser cette situation dicter mon avance. J’ai fini de laisser cette dernière année avoir plus de contrôle sur mes pensées.

On ne peut nier la douleur que m’a apportée cette dernière année. Tant de choses ont émergé de mon passé qui sont si douloureuses et tendres que cela me donne envie de courir pour les couvertures et de pleurer – mais le choix que j’ai est de lâcher la corde et de guérir ce qui est ici.

Une des choses que mon thérapeute me rappelle tout le temps est « on peut parler de tout, absolument de tout », et j’ai le choix de lâcher la corde et d’utiliser mes mots et ma voix comme ma guérison.

Lâchez la corde et regardez ce qui se passe à l’intérieur. Lâchez prise et faites face à ce qui a fait surface cette année et guérissez cela – pas guérissez les raisons de ce qui m’a traîné.

J’ai cette vision en tête en ce moment de tiraillement. Lorsque les deux côtés tirent et tirent et tirent de leur propre côté, que se passe-t-il lorsque l’autre personne lâche pendant que l’autre continue de tirer? ils tombent, n’est-ce pas? Eh bien, c’est ce que je fais. Je lâche prise et laisse toute cette année passée tomber sur son visage.

J’utiliserai ce changement pour faire face à ce qui est ici et guérir ce qui ne l’est pas. J’ai le choix de lâcher prise et de ne pas être traîné.

Ce que j’ai également appris, c’est ceci: Lâcher prise n’enlève pas le mal que je ressens, ni la douleur que je ressens du passé qui a fait surface au cours de la dernière année. Lâcher prise ne corrige certainement pas le mal. Lâcher prise ne le balaie pas sous le tapis – mais ce que le lâcher prise fait, c’est – cela me donne la possibilité de guérir comme je dois guérir sans être entraîné dans les mêmes abus que j’ai subis toute ma vie.

Je ne peux pas guérir et être traîné en même temps, et c’est ce qui s’est passé toute l’année. Quelque chose doit donner, et je choisis de le laisser aller, de ne pas y trouver de sens, de ne pas trouver les réponses, mais d’accepter et de trouver un moyen de ME guérir plutôt que de m’accrocher à quelque chose qui ne vaut pas la peine d’être retenu.

assez c’est assez d’être coincé là-dedans … et pour la première fois, j’ai vraiment l’impression de pouvoir enfin lâcher la corde et avancer vers la guérison – je peux m’occuper des blessures que l’année dernière a créées, et peut-être permettre à d’autres de m’aider.

Je ne sais pas pourquoi cette dernière année s’est produite, je ne sais pas pourquoi j’ai dû la supporter, je ne comprends pas les actions des autres. Je ne comprends pas beaucoup de choses, mais ce que je sais, c’est ce qui est devant moi, et c’est un passé qui a besoin de guérison, de soins, d’amour et de compréhension.

Ça fait du bien de se lâcher enfin une fois pour toutes.. Je suis libre de guérir!

PARTAGER MON BLOG:

Comme le chargement…