Articles

eMuseum de baseball des Ligues Negro: Profils personnels: Leon Day

Leon Day

Leon Day
Carrière: 1934-1950
Positions: p, 2b, de
Équipes: Baltimore Black Sox (1934), BrooklynEagles (1935), Newark Eagles (1936-1939, 1941-1943, 1946), Ligue vénézuélienne (1940), Ligue mexicaine (1940, 1947-1948), service militaire (1944-1945), Baltimore Elite Giants (1949-1950), ligues mineures (1950-1954)
Battes: Droite
Lancers: Droite
Taille: 5’9″ Poids: 170
Naissance: 30 octobre 1916, Alexandria, Virginia
Décès: 13 mars 1995, Baltimore, Maryland
Intronisé au Temple de la renommée du Baseball national (1995)
Le lanceur le plus remarquable de la Ligue nationale Negro à la fin des années 1930 et 1940, Leon Day était un lanceur enivrant dont le lancer d’argent était sa balle rapide. L’as droitier des Eagles de Newark avait une bonne courbe et un changement de rythme pour compléter sa vitesse. Artiste des retraits sur des prises, il détient le record de retraits sur des prises dans la Ligue nationale Negro, la Ligue portoricaine et le All Star game Est-Ouest.
Non seulement Leon était un excellent lanceur, mais il était aussi un coureur de base rapide (une fois en cours d’exécution d’une course de 100 verges en 10 secondes dans son uniforme de baseball), un bon joueur de champ (considéré comme le meilleur lanceur de champ de la ligue et qui fonctionnait comme cinquième joueur de champ intérieur), un bon frappeur (avec des moyennes de.320, .336, .274, .469, et.271 à montrer pour les saisons de 1937, 1941, 1942, 1946 et 1949), et un chef d’équipe reconnu (et l’un des joueurs les plus respectés et les plus appréciés du club).
À l’exception du receveur, l’athlète polyvalent a bien joué à toutes les positions et, lorsqu’il n’est pas au monticule, il a souvent commencé au deuxième but, au champ centre ou au bâton. En 1941, un communiqué publicitaire décrit Day comme « le joueur le plus polyvalent et le plus exceptionnel de l’équipe » et « le joueur le plus désirable de tous les clubs. »Avant la fin de la saison, il a respecté la facturation. Le jour de l’ouverture, il était le lanceur partant, mais lorsque le voltigeur de centre régulier a été repêché, il a déménagé dans le pâturage du milieu pour la plupart des raisons. Après son retour au monticule plus tard dans la saison, une blessure à un joueur de champ intérieur l’oblige à quitter à nouveau la rotation pour jouer au deuxième but, où il forme une combinaison à double jeu avec Monte Irvin qui n’est pas contestée.
Son meilleur bilan de saison est survenu en 1937 lorsque, soutenu par le « million-dollar infield » des Eagles, il a terminé le match de ligue avec un dossier parfait de 13-0, avec sa seule défaite dans un match d’exhibition. Cependant, sa meilleure année de performance a été en 1942. Participant à un record de sept All Star games Est-Ouest de 1935 à 1946, le lanceur étoile des Eagles remporte sa seule décision et établit un record au All Star en retirant un total de 14 frappeurs au bâton. Dans le match de 1942, il a retiré 5 des 7 frappeurs auxquels il a fait face, sans donner de coup sûr.
Plus tôt cette saison-là, il a établi le record de retraits sur des prises de la Ligue nationale Negro en repoussant 18 Giants Élites de Baltimore tout en ne suivant qu’un simple bloop au-dessus de l’arrêt-court par le premier frappeur du match. En séries éliminatoires, les Homestead Grays, après avoir abandonné les trois premiers matchs à, les Monarchs de Kansas City, a ajouté Day à leur liste de séries mondiales pour affronter Satchel Paige des Monarchs. Le petit concurrent coriace a répondu avec une victoire de cinq coups sur son adversaire le plus illustre.
Les records disponibles montrent une fiche de 7-1 pour Leon en championnat pour cette saison. Après une autre bonne année en 1943, quand il a été décrit par la presse comme « le meilleur lanceur de baseball de couleur aujourd’hui », malgré un registre de 5-4, Day a raté deux années fastes lorsqu’il a été enrôlé dans l’armée pendant la Seconde Guerre mondiale. Après deux ans et demi dans une unité d’amphibiens débarquée sur Utah Beach lors de l’invasion alliée de la France, il est libéré en février 1946.
De retour aux Aigles, il reprend là où il s’était arrêté., lançant une journée d’ouverture sans frappeur contre les Stars de Philadelphie et ne permettant pas à un coureur de dépasser la première base. Après la première journée sans frappeur, Leon continue son héroïsme au lancer, terminant en tête de la ligue au chapitre des retraits sur des prises, des manches lancées et des matchs complets, et terminant avec un dossier de 13-4 alors que les Eagles s’emparent du fanion. Même si son bras était blessé, le vétéran moundsman a commencé deux matchs dans la Série mondiale, et a fait un attrapé salvateur tout en jouant au champ centre dans un autre match, alors que les Eagles ont devancé les Monarchs de Kansas City en sept matchs pour le championnat.
Le compétiteur acharné a également joué dans des ligues latino-américaines, notamment au Venezuela, à Porto Rico, à Cuba et au Mexique. À partir de son premier voyage en 1935 et d’une équipe d’étoiles, Day joue six hivers à Puerto (1935-1936, 1939-1942, 1949-1950), établissant le record de retraits sur des prises en un match de la ligue en 1941 en repoussant 19 frappeurs dans un match supplémentaire. Dans un autre match, lancé avec Aquadilla en janvier 1942, il frappe 15 coups sûrs dans un match de neuf manches et remporte à nouveau la distinction de meilleur lanceur de la ligue d’hiver pour la saison 1941-1942.
En 1940, il a lancé au Venezuela avec l’équipe Vargas, établissant un record de 12 I tout en lançant son équipe au championnat. Après avoir rompu la Ligue vénézuélienne en raison de sa domination, Day a signé avec Veracruz dans la Ligue mexicaine, où il a enregistré une fiche parfaite de 6-0, avec une MOYENNE de 3,79, et a contribué un.298 de moyenne au bâton tout en annexant son deuxième fanion de la saison. Il retourne à nouveau au Mexique pour deux saisons en 1947-1948 avec les Reds de Mexico et joue également sa deuxième saison d’hiver à Cuba cette année-là (après avoir joué auparavant en 1937), terminant avec un dossier composé de 8-4 à Cuba.
Il a commencé à jouer au baseball quand il était jeune dans le district de Mount Winan à Baltimore, et après avoir quitté l’école après la dixième année, il a joué au sandlot ball avec le club athlétique local. En 1934, il joue au deuxième but pour le club semi-professionnel Silver Moons ballclub, mais à la mi-saison, il fait sa première excursion dans le baseball professionnel avec les Black Sox de Baltimore, jouant à Chester, en Pennsylvanie, où il gagne 60 dollars par mois. La saison suivante, il rejoint les Eagles de Brooklyn, où le manager « Candy Jar » Taylor le convertit en lanceur à temps plein et il enregistre un bilan de 9-3 pour la saison. Sa longue association avec les Eagles de Newark a commencé en 1936 lorsque Abe Manley a acheté la franchise des Eagles de Brooklyn et l’a consolidée avec les Dodgers de Newark pour former les Eagles de Newark. Après son record parfait en 1937, il se blesse au bras en hiver et manque pratiquement toute la saison 1938. Grâce à son travail acharné et à sa détermination, il réhabilita le bras et fut crédité de 16 victoires contre seulement 4 défaites en 1939.
La saison 1949, passée avec les Giants de Baltimore Elite, fut sa dernière saison complète dans les Ligues des Noirs, bien qu’il ait passé environ un mois au printemps 1950 avec l’équipe. Il a quitté les Élites au début de la saison pour jouer avec les Buffaloes de Winnipeg du gérant Willie Wells dans la Ligue Mandak. Au cours de la saison 1951, il quitte l’équipe canadienne et se lance dans le baseball organisé à l’âge de trente-cinq ans, lançant pour les Maple Leafs de Toronto dans la Ligue internationale AAA. En 1952, il a joué avec les Miners de Scranton de la Ligue de l’Est, et les deux saisons suivantes, il a été avec les Eskimos d’Edmonton dans la Ligue internationale de l’Ouest (1953) et le club de balle de Brandon, au Manitoba, dans la Ligue Mandak (1954).
Contrairement à la confiance qu’il dégageait en compétition, en dehors du terrain, il gardait un comportement modeste, mais sur et en dehors du terrain, Day affichait un tempérament calme. Après avoir mis fin à sa carrière de baseball, il a travaillé comme agent de sécurité, transporteur postal et barman dans le salon de son ex-coéquipier Lennie Pearson avant de choisir de profiter de la vie d’un retraité. Il a été intronisé au Temple de la renommée du baseball national en 1995.
Source: James A. Riley, The Biographical Encyclopedia of the Negro Baseball Leagues, New York: Carroll & Graf Publishers, Inc., 1994.