Articles

Chaque Dollar a doublé!

Marie Thérèse Rodet Geoffrin (1699-1777) était célèbre dans la société parisienne pour avoir tenu des salons hebdomadaires où se réunissaient des artistes, des écrivains et des hommes politiques notables.

Elle a accueilli des sommités telles que l’architecte Jacques-Germain Soufflot et le peintre François Boucher dans son salon artistique du lundi. Les listes d’invités de ses salons littéraires du mercredi comprenaient des hommes accomplis des Lumières françaises, tels que Voltaire, Diderot et Montesquieu. La facilité de la posture de Madame Geoffrin, le geste gracieux de sa main libre, et son regard direct suggèrent la confiance qu’elle ressentait en socialisant avec les plus grands esprits de la France du XVIIIe siècle.

Pour souligner davantage l’importance de Geoffrin, la peintre Marianne Loir a transmis en détail la somptuosité du costume de la dame. Loir a soigneusement représenté le motif compliqué de la robe en satin de Geoffrin, les perles décorant ses cheveux et le manteau rouge garni de fourrure. Des passages encore plus riches et plus picturaux sont visibles dans les plis du manteau tombant sur les épaules et les hanches de la gardienne. Le traitement du délicat voile rayé de Geoffrin par Loir est particulièrement impressionnant.

Ce qui distingue ce portrait des autres exemples contemporains, c’est la décision de Loir de ne pas idéaliser son sujet. Bien que Geoffrin soit une femme attirante et réfléchie, la chair douce sous son menton évoque le début du moyen âge, un détail que les portraitistes masculins et féminins les plus en vogue auraient pu omettre.